Projet d'appel aux musulmans du monde entier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Projet d'appel aux musulmans du monde entier.

Message  Admin le Mar 15 Mai - 13:30

Voici un texte que Jacques Chevalier a écrit en octobre 2011 et qui n'a jamais été discuté au sein du CLMGF, discussion reportée par manque de temps puis vu l'absence de l'auteur pour raison médicale. Vu le programme chargé de la prochaine réunion prévue le 4 juillet 2012 cette discussion risque d'être reportée à la rentrée, c'est un peu dommage.

Nous vous livrons le texte ici tel qu'il fut diffusé en octobre 2011 comme base d'une discussion qui n'a pas eu lieu. Il ne s'agit donc pas d'une position officielle du CLMGF.

APPEL AUX AMIS MUSULMANS DU MONDE ENTIER

Le texte ci-dessous peut devenir le déclencheur de la fin à plus ou moins brève échéance de la pratique des mutilations génitales féminines, si tous les tenants de la religion Islamique veulent bien considérer ce texte comme une indication à suivre cela signifierait que, non seulement les MGF ne sont pas citées dans le Coran mais qu’elles doivent être combattues au nom de l’intégrité physique et psychique de la femme comme l’énonce le même Coran. Les responsables religieux musulmans du Burkina Faso montrent la voie : si dans chaque pays où ces mutilations se pratiquent les Imams condamnent ces actes c’est la religion Islamique qui en sortira grandie et plus personne ne pourra se servir du Coran pour justifier l’injustifiable et l’horreur de ces mutilations.

Sur le site : faso.net à Ouagadougou – Burkina Faso :

Le Réseau burkinabè des organisations islamiques en population et développement (RBOIPD) a organisé une conférence publique animée par le professeur Abdoul Aziz Kébé sous le thème : "l’islam et la pratique de l’excision : rôle des leaders religieux". C’était le 24 septembre 2011 à Ouagadougou en présence de leaders religieux venus des 13 régions du Burkina Faso.
"Ni dans le Coran, ni dans les pratiques du prophète Mohamed, ni dans ses propos, on ne peut trouver une source fiable, une source authentique qui puisse justifier la pratique de l’excision". C’est ce qui ressort en substance de la conférence publique animée à Ouagadougou par le professeur Abdoul Aziz Kébé de nationalité sénégalaise. En effet, au Burkina Faso, les musulmans représentent 62% de la population. Au regard de ces chiffres, il ne serait pas osé d’affirmer que toute lutte dans ce pays serait vaine sans une implication réelle de ces disciples du prophète Mohamed.
C’est conscient de cette réalité que le Réseau burkinabè des organisations islamiques en population et développement (RBOIPD) a associé les premiers responsables de cette confession religieuse à travers une conférence publique le 24 septembre dernier portant sur le thème :"l’islam et la pratique de l’excision : rôle des leaders religieux". Le professeur Abdoul Aziz Kébé, spécialiste du droit islamique et de l’histoire des civilisations musulmanes dont le Sénégal, a confié en avant-goût que cette conférence publique portera essentiellement sur la présentation des résultats des recherches menées sur la question de l’excision et le regard porté par les spécialistes en droit islamique sur l’excision afin de déterminer son caractère licite ou pas licite. Ces recherches, évoquées tantôt ont révélé que l’excision n’est pas une pratique religieuse, en tout cas, pas une pratique musulmane. Et en majorité les spécialistes ne considèrent pas cette pratique comme étant obligatoire.
"Le droit musulman recommande que l’on mette en avant la préservation de la santé"
Il poursuit en ces termes :"même s’il en était le cas et qu’il s’avère par la suite qu’il y a des torts, des nuisances sur le plan de la santé, le droit musulman recommande que l’on mette en avant la préservation de la santé". Le Pr. Abdoul Aziz Kébé a précisé pour l’occasion que ce droit est régi par 5 principes. Il s’agit de la préservation de la santé, la préservation de la raison c’est-à-dire celle des facultés mentales, la préservation de l’honneur, la préservation des biens et la préservation des capacités de reproduction dans les conditions saines sur le plan physique et physiologique ainsi que sur le plan moral et psychologique.
Ce sont ces cinq faisceaux qui éclairent et qui montrent comment on doit appliquer la prescription légale. Au regard de toutes ces raisons, le professeur a abouti à cette conclusion qu’il qualifie de structurée et objective :"nous ne pouvons donc pas admettre que la pratique de l’excision soit considérée comme une pratique islamique, ni d’un point de vue matriciel, ni d’un point de vue des finalités du droit". Ces résultats vont orienter ainsi chaque musulman, à partir de là, et lui permettre d’adopter une attitude, la conduite à tenir sur la question. Les femmes qui jouent un rôle essentiel dans la famille n’ont pas été mises en marge par ce cadre de savoir. Ce fut ainsi l’occasion pour Awa Ouédraogo, chargée de la formation et du renforcement des capacités au sein du RBOIPD d’interpeller toutes les femmes à passer par tous les moyens pour ramener les hommes à la raison s’il s’avère que ces derniers décident de faire exciser les filles.
Et pour ce faire, elle confie que la femme doit être cultivée ou dans le cas contraire, approcher les avertis pour en savoir plus. Le prophète par exemple a eu quatre filles, mais aucune d’elles n’a été excisée. Si cette pratique était obligatoire, sans doute, les filles du prophète seraient les premières à être excisées. C’est au directeur du suivi évaluation, de la coopération et de la recherche, Ibrahim Tall qu’il est revenu la tâche d’ouvrir la présente conférence publique. Il assure l’intérim du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre la pratique de l’excision (SP/CNLPE).
Ahmad Nassourou Cissé, président du RBOIPD
________________________________________
"La connaissance du droit islamique sur l’excision est l’arme du musulman"
" Le réseau a été créé pour mobiliser les musulmans dans leur globalité sur le chantier du développement. C’est ainsi que nous avons été interpellés sur la question de l’excision qui est une des causes de la mortalité maternelle et infantile dans notre pays. Cependant, nul ne va en guerre sans armes. C’est pour cette raison que nous avons voulu outiller les membres à travers la connaissance du droit islamique sur l’excision. D’où la tenue de la présente conférence."
Germaine KERE (Collaboratrice)

-------------------------------------------------------------
APPEL
Pour que cesse une tradition barbare.
J’appelle mes ami(e)s musulman(e)s et toutes les femmes et tous les hommes de toutes confessions (ou sans) à diffuser autour d’elles (eux) ce document afin que ces idées se propagent dans la perspective d’anéantir au plus vite la pratique des mutilations génitales féminines.
Merci au Réseau burkinabè des organisations islamiques en population et développement (RBOIPD) d’avoir pris l’initiative de ce qui pourrait et devrait devenir un mouvement mondial.
Jacques Chevalier
Coordinateur du Collectif liégeois contre les Mutilations Génitales Féminines.
Ecrivez à cette adresse chevaljak@mail.be vos réactions à cet appel. Vous pouvez aussi écrire par poste à J. Chevalier, Chaussée de Namur 180 à 1495MARBAIS (Belgique)

Admin
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 15/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://stop-mgf.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum